ARCHIVES

SAT-01

-

Année 2021

Année 2020

Année 2019

 

 

 

Laisser un message

 

Lien

Ma Gallerie Photographique

 

DETECTION, OBSERVATION DES RADIO-METEORES

 

Daniel Deneuchatel

Groupe Radio-Astronomie

Société Astronomique de Touraine

 

 

La SAT est membre du réseau FRIPON (Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network) possède une caméra optique et est coordinateur régional du projet VigieCiel (région Centre Val de Loire).

Nous utiliserons les échos du radar GRAVES (Grand Réseau Adapté à la VEille Spatiale) sur le plasma généré par la rentrée atmosphérique du météoroïde. La trainée d’un météore est composée de petites particules qui impactent la haute atmosphère, à environ 90 km, et à grande vitesse, 20 à 70 km/s. Le choc produit la vaporisation de la surface de ces particules et l’ionisation des atomes arrachés. Lorsqu’une onde approche cette couche ionisée, elle va se réfléchir en une onde dont le signal sera d’autant plus fort proportionnellement à la densité d’électrons. Nous avons choisi des antennes verticales afin de détecter le maximum de météores. Pour le récepteur radio, nous avons choisi un « dongle » DVB-T pour recevoir sur son PC la télévision numérique terrestre, ceux-ci sont équipés du circuit RTL2832U (Realtek) et du tuner R802T2 (Rafael Micro). Antti Palosaari, Eric Fry et Osmocom (Steve Markgraf) ont montré que les données (raw I/Q) sont accessibles directement et donc que ces "dongle" deviennent des récepteurs radio large bande (24 - 1766 MHz). Nous utilisons le logiciel SpectrumLab de Wolfgang "Wolf" Buescher (DL4YHF). Pour commencer il faut maintenir à l’heure l’horloge du PC en la synchronisant sur un serveur de temps, en permanence, par l’installation du programme ntp-4.2.8p12-win32-setup.exe (une connexion internet est obligatoire).

Le logiciel SpectrumLab est piloté par un script mis au point par la SAT pour discriminer, dans la mesure du possible, les faux positifs comme les passages d'aéronefs. Pour l'archivage il se charge de sauvegarder, toutes les minutes, une copie d'écran et le fichier son correspondant sur un disque dur dédié. A chaque événement positif, l'heure, la durée, la fréquence de détection, etc., sont ajoutées automatiquement dans un fichier texte journalier qui sera repris par un tableur pour réaliser les graphiques détaillés du nombre de détections par année, par jour et par heure. Le script se charge d'alimenter en temps réel le site RMOB.ORG qui contient les premiers résultats de l'activité de flux par des méthodes radio pour partager les détections sur un réseau de niveau mondial.